Bibliothèque de l'Eglise apostolique arménienne - Paris - VENTURINI , Serge     Retour à l'Index des auteurs en français    Accueil des catalogues en ligne

Bibliothèque de l'Église apostolique arménienne - Paris
15, rue Jean-Goujon - 75008 Paris || Père Jirayr Tashjian, Directeur
Téléphone : 01 43 59 67 03
Consultation sur place du mardi au jeudi, de 14 heures à 17 heures


Serge VENTURINI
( n. 1955 )

L'auteur

Serge VENTURINI --- Cliquer pour agrandir
Naissance à Paris le 12 octobre 1955.

Après des études littéraires (Paris VII), Serge Venturini devient professeur de lettres et enseigne à l'étranger, détaché par le ministère des Affaires étrangères et du Développement international : Liban, Maroc, Arménie, Russie puis Pologne.
Il épouse en 1990 la traductrice Elisabeth Mouradian.
Il revient en France en 1996, pour enseigner en banlieue parisienne. Parallèlement à l'enseignement, il commence en coopération avec sa femme à faire des traductions littéraires arménien-français.
Il écrit des poèmes depuis sa jeunesse. Un recueil « Proèmes » est publié en 1980, mais ce n'est que depuis 2000 qu'il publie régulièrement ses écrits poétiques, qui sont du genre Poésie philosophique, dont la série de recueils intitulée Éclats....
Il dirige depuis 2009, la collection « Lettres arméniennes » aux Éditions L'Harmattan.

S’honore d'être Persona non grata en Azerbaïdjan…

Photo ci-contre : Élisabeth Mouradian et Serge Venturini.

ligne
2376
Serge VENTURINI --- Cliquer pour agrandir

Rangement général
Cliquer pour agrandir

 Tcharents, notre contemporain - Conscience réfractaire sous la hache sacrificielle de ceux qu'on assassine
Titre : Tcharents, notre contemporain - Conscience réfractaire sous la hache sacrificielle de ceux qu'on assassine / auteur(s) : Yéghiché TCHARENTS - Serge VENTURINI - (Essai en poésie) 2014-2020
Éditeur : L'Harmattan
Année : 2020
Imprimeur/Fabricant : Corlet numérique - 14110 Condé-sur-Noireau
Description : 13,5 x 21,5 cm, 117 pages
Collection : Lettres arméniennes
Notes : Suivi de la traduction du poème Foules affolées, avec l'aide d'Élisabeth Mouradian
Autres auteurs :
Sujets :
ISBN : 9782343191607
Lecture On-line : non disponible

Commentaire :

L'objectif de ce livre est de faire découvrir, au lecteur français d'aujourd'hui et à l'Européen de demain, ce poète arménien du XXe siècle. Décapité dans sa patrie amputée, mort à quarante ans, ce poète du Pays Naïri est considéré comme le précurseur de la littérature arménienne moderne. Dans l'attente d'une relecture de l'œuvre dans son entier, ce livre permet aujourd'hui de révéler cet inactuel poète universel. — 2020, plus de cent ans après le génocide arménien.
Pour Tcharents, l'heure sonne en Europe. Tcharents notre contemporain. Puisse cet essai en deux parties — Tcharents, conscience réfractaire sous la hache sacrificielle, suivi d'une traduction de Foules affolées — donner le désir de mieux connaitre Tcharents en Europe et dans le monde. Il était temps de lui redonner sa voix et sa place en langue française et surtout parmi les autres grandes voix universelles. Serge Venturini écrit : « Il s'agit ici de ma vision du poète. Chacun a sa vision de Tcharents. »
Note de lecture, Tigrane Yégavian, France-Arménie, Avril 2020

2313
Serge VENTURINI --- Cliquer pour agrandir

Rangement général
Cliquer pour agrandir

 Tcharents - Présentation chronologique - Dans le vent de l'histoire
Titre : Tcharents - Présentation chronologique - Dans le vent de l'histoire / auteur(s) : Serge VENTURINI - Suivi de "Nausicaa" de Yéghiché Tcharents, Version de Serge Venturini avec l'aide d'Elisabeth Mouradian
Éditeur : L'Harmattan
Année : 2018
Imprimeur/Fabricant : 14-Condé-sur-Noireau : Impr. Corlet numérique
Description : 13,5 x 21,5 cm, 148 pages, couverture illustrée en couleurs
Collection : Lettres arméniennes ; 5
Notes :
Autres auteurs :
Sujets : Biographie de Tcharents, suivie de Tcharents, Yéghiché (1897-1937) -- Chronologie
ISBN : 9782343158617
Lecture On-line : non disponible

Commentaire :

Yéghiché Tcharents, poète arménien (1897-1937), traversa son temps en quarante années. Un bref panorama de son existence et de son œuvre s'esquisse ici, quand le poète est inspiré et que le vent de l'Histoire devient un tourbillon.

Amoureux fou de Yéghiché Tcharents, le poète corse Serge Venturini se distingue par la richesse de son itinéraire poétique et fictionnel et son cheminement arménophile depuis de longues années. Avec son épouse Elisabeth Mouradian, ils codirigent la collection « Lettres arméniennes » aux éditions de l’Harmattan qui compte à son actif quatre titres de prose contemporaine arménienne en traduction, dont les Légendes dantesques de Tcharents, hélas passées quasi inaperçues auprès de la critique française.

Dans ce volume, il propose une chronologie de 40 ans, s’étendant de 1897 à 1937, correspondant au séjour sur terre d’un des plus grands poètes arméniens du XXe siècle. Une chronologie subjective et féconde, jonchée d’événements et d’éphémérides où une multitude de génies de la pensée, des arts et des lettres d’Europe et d’Orient se bousculent. Ce parallèle tracé permet à la fois de mieux connaître le parcours de l’auteur du « chant naïrien » tout en dressant des passerelles avec ses illustres contemporains, certains tombés dans l’oubli. Comme si l’intérêt de la démarche de l’auteur était de contextualiser le temps de Tcharents avec celui de son époque en décloisonnant la réalité arméno – soviétique. On notera au passage une fougue lyrique et quelque peu excessive, dans sa façon d’exprimer sa passion quasi aveugle pour son valeureux aîné.

Dans la seconde partie de l’ouvrage, Serge Venturini prend le temps de réfléchir sur le legs poétique de Tcharents, tentant de déceler le mystère de son génie, tout au plus jeter un timide rayon de lumière sur cet énigmatique – et non moins tragique – rire noire du poète. Enfin, aidé d’Elisabeth Mouradian, l’auteur propose la traduction française du poème de Tcharents, Nausicaa, composé au soir de sa vie.

Tigrane Yégavian, France-Arménie


2283
Serge VENTURINI --- Cliquer pour agrandir

Rangement général
Cliquer pour agrandir

 Du fleuve débordant du fleuve sans retour
Titre : Du fleuve débordant du fleuve sans retour / auteur(s) : Serge VENTURINI - Essai en poésie
Éditeur : L'Harmattan
Année : 2017
Imprimeur/Fabricant : 14-Condé-sur-Noireau : Impr. Corlet numérique
Description : 13,5 x 21,5 cm, 138 pages
Collection : Poètes des cinq continents ; 697
Notes : Postface de Philippe Tancelin
Autres auteurs :
Sujets : Poésie
ISBN : 9782343127323
Lecture On-line : non disponible

Commentaire :

Quand la poésie du fleuve devient force. — Force du verbe en sa toute-puissance. Ce limoneux livre-fleuve est un livre à propos du mouvement, une prose première, renouvelée. La poésie est un fleuve. Un fleuve fertile. — Mythique fleuve.
La poésie est avant tout rythme et musique. Selon le poète, la poésie du devenir est un fondu — enchaîné. Une suite de fondus enchaînés. — Et de mes yeux fermés, des fleuves surgissent. Serge Venturini, le poète du transvisible, dévoile en d'irradiants blocs de nuit, son quinzième ouvrage — une mise en lumière. Un fleuve et son miroir, sa musique, avec ses remous et ses ressassements, ses tourbillons et ses courants, ses langages.
— Fleuve débordant. — Le fleuve est tour à tour dragon, serpent et titan, miroir et métamorphose, devenir, homme, âme et destin, soleil et amour, il dialogue avec les morts. —Ce livre baroque et cosmique de prose poétique, a été bâti, sculpté — page après page, selon une forme nouvelle. — Et chaque page est tout un monde en lui-même, un retour au mythe avec ses rituels de passages qui par périodes, s'ouvre, se clôt et se rouvre.
Le fleuve est au profond du cœur des hommes, dit l'Outre-passant, cet enraciné d'exil — poète du devenir dans son poème — poème du fleuve, chant profond du monde. — Chant pour tout l'univers. Musique des sphères. — Un tout livre-monde.

1736
Serge VENTURINI --- Cliquer pour agrandir

Rangement général
Cliquer pour agrandir

 Mosaïque de proses contemporaines d'Arménie
Titre : Mosaïque de proses contemporaines d'Arménie / auteur(s) : Serge VENTURINI - Traductions Élisabeth Mouradian et Pierre Ter-Sarkissian, suivi de "Entre effervescence et fermentation", de Serge Venturini
Éditeur : L'Harmattan
Année : 2012
Imprimeur/Fabricant : 14-Condé-sur-Noireau : Impr. Corlet numérique
Description : 13,5 x 21,5 cm, 162 pages, couverture illustrée en couleurs
Collection : Lettres arméniennes
Notes :
Autres auteurs : Élisabeth MOURADIAN-VENTURINI [traducteur] - Pierre TER-SARKISSIAN [traducteur] -
Sujets : Littérature arménienne contemporaine
ISBN : 9782296960589
Lecture On-line : non disponible

Commentaire :

La collection « Lettres arméniennes » présente 17 nouveaux auteurs d’Arménie d’aujourd’hui encore inconnus du lecteur français. Avec cinq femmes et douze hommes, cette mosaïque de proses est un « instantané » de littérature contemporaine du début du XXIe siècle.
Elle n’est en aucun cas une anthologie, mais s’avère être un libre choix dans « la guerre du goût » établi par la traductrice Élisabeth Mouradian.
La présentation de cette mosaïque d’écrivains est suivie d’un regard critique du poète arménophile français Serge Venturini.

Auteurs publiés dans ce volume : Mikaël Abadjiants, Mariam Assirian, Hratch Béglarian, Nelly Chahnazarian, Vahagn Grigorian, Suzanne Haroutiounian, Alice Hovhannissian, Gourguen Khandjian, Gaguik Makhsoudian, David Mouradian, Raphaël Nahapétian, Ara Nazaréthian, Anahit Toptchian, Artak Vardanian, Karo Vardanian, Hovik Vardoumian, Hovhannès Yéranian.
Ils sont l'espoir d'une nouvelle littérature arménienne. Chaque prose, ou forme courte, est suivie d'une critique littéraire en fin de volume, ce qui permet au lecteur, après sa lecture, de confronter son opinion avec l'avis donné, comme en miroir.


Dans ce recueil, dédié à Yéghiché Tcharents, la traductrice a choisi de reproduire en langue française les œuvres de 17 nouveaux auteurs contemporains d’Arménie. Le choix des textes est fait par rapport au sujet, à la forme, au style d’expression, dans le but de constituer une mosaïque de proses…
"Entre effervescence et fermentation" est un point de vue critique littéraire, exprimé par Serge Venturini dans le même volume. Il pose la question : Comment écrire après Y. Tcharents ? Et détaille la réponse …une nouvelle littérature est à l’œuvre. Elle est actuellement en plein bouillonnement, en pleine ébullition. Le lecteur trouvera des réflexions intéressantes à propos de la littérature arménienne contemporaine.
Annie

Article Tigrane Yégavian, France-Arménie, numéro 387, Juin 2012

ZOOM SUR LA NOUVELLE LITTÉRATURE D'ARMÉNIE
Après trois longues années de collecte en amont, de lecture approfondie et de travail de traduction (2008-2011), Serge Venturini et Elisabeth Mouradian présentent aux lecteurs francophones un ouvrage original, qui pose un regard intelligent et furieusement libre sur la nouvelle prose d'Arménie (1)

Comment écrire après Tcharentz (1897-1937) ?
Question lancinante que pose à tue-tête Serge Venturini, le plus arménien des poètes corses. Sculpteurs d'une mosaïque de nouvelles qui sentent bon l'abricot, le directeur de la collection des lettres arméniennes de L'Harmattan et son épouse, la traductrice Elisabeth Mouradian, arpentent depuis de longues années le paysage littéraire d'Arménie. Leurs pérégrinations ont conduit à enfanter un bien singulier ouvrage qui, à défaut d'être une anthologie de nouvelles, se veut un kaléidoscope de 17 courtes nouvelles, 17 auteurs (2). Peu ou prou connu du public francophone, Serge Venturini pose son regard poétique sur les coulisses de leurs œuvres, présentant de judicieuses clés de lecture, doublées d'une réflexion pour aller plus loin. Au fil des pages, le lecteur découvre une réalité arménienne déroutante. Ecrivains engagés, témoins de la déliquescence d'une société en lambeaux, ces prosateurs décrivent une période critique, un réel palpable où la mémoire d'un passé fantasmé n'a pas sa place. Aussi, n'allez pas chercher dans ces pages un fil conducteur ni une logique cartésienne ! Contentez-vous plutôt de deux mots-clés sortis de la bouche de Serge Venturini : effervescence et fermentation. Effervescence d'un univers qui se meut dans un sombre environnement. Fermentation d'une prose en devenir qui se renouvelle en dehors des sentiers battus, sans pour autant épouser les formes du pamphlet, de la dénonciation des injustices inhérentes aux balbutiements de la jeune République arménienne. Comment trouver l'équilibre ?

Une sélection subjective
Le mérite premier de ce recueil revient à Elisabeth Mouradian qui, en réunissant dans un seul ouvrage cinq femmes et douze hommes, nous offre un regard neuf et tendre. D'une incontestable qualité littéraire, ces textes sont des instantanés de la nouvelle prose arménienne. Aux antipodes d'une émotion chargée de lyrisme, les textes sélectionnés par la traductrice (et son libre-arbitre) respirent une essence spirituelle qui n'a pas besoin d'adjectif ou de substantif pour s'inscrire dans la tradition tracée par le grand Tcharentz.
Ce qui compte dans ces «têtes de chapitre», c'est incontestablement l'expérience d'un chaos vécu par les auteurs, mais où la survie et l'humour ont le mot de la fin. Sorte d'oxymore où l'écriture cinématographique d'un David Mouradian croise la mystique de Hovik Vardoumian. Loin de se limiter au périmètre de la seule Arménie, les souvenirs de la guerre d'Afghanistan élargissent le champ de la littérature arménienne, tandis qu'un épisode de la guerre de libération du Karabagh est ramené quant à lui à sa dimension humaine et universelle.
Entre Serge Venturini et Elisabeth Mouradian existe une étonnante harmonie. Leur complémentarité a déjà donné naissance à deux volumes : un recueil de nouvelles de l'écrivain Hovik Vardoumian et une traduction de Tcharentz. Tels des passeurs, ils bâtissent des ponts de papiers, solides comme le roc quand l'innovation, la transmission et la quête d'élévation font sens, et fragiles, quand la diffusion du livre est hélas réduite à sa plus simple expression.
"N'entendez-vous pas sourdre une fiévreuse agitation, parfois violente, une ébullition souvent diffuse et latente, une sourde fermentation souterraine, croissante ? Une fois la blanche écume retirée, les scories d'une littérature de transition éliminées, ce qui disparaît est l'essentiel, le levain. Le ferment", écrit Serge Venturini. Reconnaissons-lui sa légitime inquiétude sur le devenir de notre identité, écrivant comme il le fait avec justesse : "La vraie tragédie ici, c'est de perdre ses origines, et donc l'histoire de son pays. Il s'agit d'une mort symbolique. Encore faut-il garder mémoire pour être et devenir."
Tigrane Yégavian, France Arménie, numéro 387, Juin 2012


1672
Serge VENTURINI --- Cliquer pour agrandir

Rangement général
Cliquer pour agrandir

 Éclats d'une poétique de l'inaccompli. Livre V, 2009-2012
Titre : Éclats d'une poétique de l'inaccompli. Livre V, 2009-2012 / auteur(s) : Serge VENTURINI - Préface de Paul Van Melle
Éditeur : L'Harmattan
Année : 2012
Imprimeur/Fabricant : 14-Condé-sur-Noireau : Impr. Corlet numérique
Description : 13,5 x 21,5 cm, 174 pages
Collection : Poètes des cinq continents
Notes :
Autres auteurs :
Sujets : Poèmes
ISBN : 9782296556287
Lecture On-line : non disponible

Commentaire :

Ce livre est né d’un désir. Le désir d’un guerrier, mais d’un guerrier victorieux — invincible, en lutte permanente contre tout ce qui contraint les forces de l’esprit.
Ce qui stérilise la vie, fossilise le vivant du corps, contre les barrières qui séparent l’esprit de la matière, l’invisible du visible et l’inaccompli de l’accompli.
Contre l’esprit de pesanteur qui étouffe le souffle de l’esprit, ce livre est né des grands combats du devenir, d’un grand combat. Celui de la poésie irradiante, de la poésie radioactive.
« — J’outrepassepassons ! » décoche le poète.
C’est dans une conversation souveraine avec les poètes (Marina Tsvétaïéva, Ossip Mandelstam, Paul Celan, Mahmoud Darwich, Geneviève Clancy, surtout René Char et d’autres) que ce livre s’inscrit. Onzième livre de Serge Venturini, la poétique de l’inaccompli (Livre V) (2009-2012) a été écrite entre le journal du transvisible (Livre IV) (2007-2009) et la poétique de l’approche de l’inconnaissable (Livre VI).

1557
Serge VENTURINI --- Cliquer pour agrandir

Rangement général
Cliquer pour agrandir

 Légende dantesque (1915-1916)
Titre : Légende dantesque (1915-1916) / auteur(s) : Yéghiché TCHARENTS - Présentation, traduction de l'arménien, postface et notes de Serge Venturini avec l'aide d'Elisabeth Mouradian
Éditeur : L'Harmattan
Année : 2010
Imprimeur/Fabricant : 14-Condé-sur-Noireau : Impr. Corlet numérique
Description : 13,5 x 21,5 cm, 104 pages, couverture illustrée en couleurs
Collection : Lettres arméniennes, sous la direction de Serge Venturini, Emmanuelle Moysan et Elisabeth Mouradian
Notes : Présentation, traduction, postface et notes de Serge Venturini ; avec l'aide d'Élisabeth Mouradian
Autres auteurs : Élisabeth MOURADIAN-VENTURINI [traducteur] - Serge VENTURINI [préfacier] -
Sujets : Première guerre mondiale -- Génocide arménien
ISBN : 9782296131743
Lecture On-line : non disponible

Commentaire :

Traduction de "Danteakan araspel" de Tcharents. Avec un long article, presque un petit essai, sur l'oeuvre ainsi que sur ses traducteurs. Il met en contraste Tcharents avec la littérature mondiale, de Dante à Pavese en passant par Paul Celan. C'est aussi un livre de combat pour la juste reconnaissance de la cause arménienne dans ses luttes, pour qu'enfin bientôt après un siècle, les Turcs reconnaissent le premier génocide du XXe siècle.

Une traversée de l'enfer, de l'obscur, un "transvers", un précipité de nuit, une trouée d'éclairs en huit chants, 618 vers décasyllabiques aux rimes croisées ; tel fut le livre d'un poète précoce qui traversa la Grande Guerre et le premier génocide du XXe siècle : "Légende dantesque" de Yeghiché Tcharents, un livre contre la Terreur d'un poète à la recherche du Pays-Naïri


1439
Serge VENTURINI --- Cliquer pour agrandir

Rangement général
Cliquer pour agrandir

 L'Immortel et autres nouvelles
Titre : L'Immortel et autres nouvelles / auteur(s) : Hovik VARDOUMIAN - Choix des textes et traductions de l'arménien par Élisabeth Mouradian ; préface de Serge Venturini
Éditeur : L'Harmattan
Année : 2009
Imprimeur/Fabricant : 14-Condé-sur-Noireau : Impr. Corlet numérique
Description : 1 vol. (117 p.) : couv. ill. en coul. ; 22 cm
Collection : Lettres arméniennes, sous la direction de Serge Venturini, Emmanuelle Moysan et Elisabeth Mouradian
Notes : Choix des textes et traduction par Elisabeth Mouradian
Autres auteurs : Élisabeth MOURADIAN-VENTURINI [traducteur] - Serge VENTURINI [préfacier] -
Sujets : Nouvelles
ISBN : 9782296101609
Lecture On-line : non disponible

Commentaire :

« Toute notre vie nous vivons dans la confusion. Nous croyons que les arbres, la pierre, la terre, les maisons n'ont ni conscience, ni émotions, mais nous nous trompons. Nous avons simplement oublié leur langage », comme nous le rappelle Hovik Vardoumian dans sa nouvelle Retour, soutenant ainsi la noble cause de la Nature qui est la source même de la vie sur Terre.
L'écrivain mène le lecteur à la découverte de son univers où il est invité à s'interroger. Ces interrogations aux accents mystiques portent sur l'existence et l'accomplissement de l'Homme dans l'Univers.
Quelle place a l'homme dans l'univers, comment prendre et comprendre les pourquoi récurrents : l'éphémère et l'éternel, le réel et le surnaturel, l'amour et la haine, la vie et la mort... La vie est belle, même imparfaite, même si l'homme est mortel. N'est-ce pas un hymne à la vie ? Le lecteur devine que l'insatiabilité de l'auteur n'est pas pour la vie en elle-même, ni pour l'immortalité physique, mais pour ce que l'on fait de cette vie donnée.


Extrait p. 103 de la nouvelle « Mon oncle mourut comme un homme »
« Nous avions fini de manger, tandis que mon oncle mâchait encore. Il n’arrivait pas à avaler le morceau qui le brûlait, égaré dans sa bouche. On se mit au travail en silence.
- S’il fait beau encore quelques jours, nous terminerons aussi les parcelles du haut, répéta mon oncle.
Il se fit piéger tout seul par sa propre pensée, sourit et dit à voix haute :
- Enfin, Dieu est grand…
Son cadet rit :
- Depuis quand es-tu devenu croyant ?
Mon oncle ne répondit pas. Avec de beaux mouvements rythmés, il passait la faux en arrière, puis la glissait lentement en avant sur l’herbe. L’herbe se couchait comme des perles rangées, en mesures égales. Ses fils n’arrivaient pas à le suivre.
La voix s’approchait sans cesse. Il lui sembla qu’on l’appelait. Il s’arrêta un instant. Il scruta le ciel. La voix venait de là-haut. Mais aussi de la terre, de la végétation, de l’herbe coupée. Du ciel descendait une lumière. Il eut peur. Il se retourna et regarda ses fils. Il avait honte d’avoir peur. Il ne s’inquiétait pas pour ses fils, car il savait que la lumière était pour lui. Il avait honte auprès de ses fils pour cette peur. Tous les deux avaient laissé tomber la moisson et ils le regardaient.
La lumière se mit à descendre plus vite. Il feignit de ne pas la voir. Encore quelquefois glissa la faux avec les mêmes mouvements beaux et rythmés sur les tiges de l’herbe. Mais il comprit que la force quittait ses bras, ses jambes. Il s’arrêta. Il appuya la faux dans la terre et s’appuya dessus. Il regarda le ciel. La lumière éclata en grande vitesse et pénétra en lui. La merveilleuse musique l’enveloppa tout entier de la tête jusqu’aux pieds. Maintenant, il l’entendait clairement. La peur le quitta. « Que ta gloire soit, mon Dieu », cria mon oncle. Il se retourna, regarda ses deux fils, ébahis d’étonnement. Il sourit tel un coupable. Il avait honte, car il laissait le travail inachevé. Puis il tomba sans souffle.
L’herbe coupée était enflammée. Les fils cadets de mon oncle regardaient avec stupeur. Le serpent, traversant le muret en pierre, se déplaçait confus dans l’herbe verte, embrasée. Le plus jeune des deux frères fit un pas vers le serpent, mais son frère l’empêcha. Ils s’agenouillèrent. D’un autre monde mon oncle continuait à sourire. La faux était tombée près de lui. »

«Extrait pp. 114-115 de la nouvelle « Retour »
La nuit, ma mère me vint voir. Depuis sa mort je la voyais toujours malade, affamée, inquiète. Pour la première fois je la voyais en habit neuf, joyeuse, rassasiée et contente.
… C’était l’automne. Une journée chaude, ensoleillée. Elle était assise sur la terrasse, elle était en train de nettoyer les cornouilles fraîchement ramassées des bois et chantonnait une douce mélodie à mi-voix. On aurait dit que j’étais redevenu enfant.
Le chien aboyait…
Je me réveillai heureux. Djeko courait en aboyant de maison en maison. Il menait une tactique intelligente : il voulait montrer que dans les trois cours il y avait un chien. C’était une douce nuit d’automne paisible. Outre les aboiements du chien, on entendait d’autres voix.
Une de ces voix se sépara de l’ensemble et attira mon attention. On avait l’impression que quelqu’un chantait. Une heureuse mélodie mezza voce vibrait. Je n’avais plus sommeil.
Je descendis dans la cour. Ce n’était pas une tromperie ; on entendait vraiment la mélodie. C’était ma maison qui chantait. Elle chantait de bonheur. Mon cœur s’emplissait de joie. Je caressai les murs, les marches, la porte en fer de la cave, les fenêtres et je m’assis sur les marches. C’était la même sensation de mon enfance quand je m’endormais dans les bras de ma mère et que j’entendais sa chanson douce. Le ciel était clair, si limpide. Je n’avais jamais vu tant d’étoiles éclatantes que pendant mon enfance quand je m’allongeais sur le dos sur le versant du mont Lalvar, couvert de fleurs antédiluviennes, et je me promenais dans le ciel constellé.
Djeko accourut, posa sa tête sur mes pieds, s’allongea, puis poussa un « ouf » de soulagement et se tut. Maintenant il pouvait dormir tranquille.
Toute notre vie nous vivons dans la confusion. Nous croyons que les arbres, la pierre, la terre, les maisons n’ont ni conscience, ni émotions, mais nous nous trompons. Nous avons simplement oublié leur langage.
Il pâlissait. Ma maison chantait encore. Djeko dormait en chuintant. Les poiriers, gémissant sous le poids des fruits, réclamaient de l’eau. Je pris la pelle de la cave et j’allai ramener l’eau au verger. »


1405
Serge VENTURINI --- Cliquer pour agrandir

Rangement général
Cliquer pour agrandir

 Éclats d'une poétique du devenir transhumain. Livre III, 2003-2008
Titre : Éclats d'une poétique du devenir transhumain. Livre III, 2003-2008 / auteur(s) : Serge VENTURINI -
Éditeur : L'Harmattan
Année : 2009
Imprimeur/Fabricant : 14-Condé-sur-Noireau : Impr. Corlet
Description : 1 vol. (132 p.) ; 13,5 x 21,5 cm
Collection : Poètes des cinq continents ; 485
Notes : Contient un article sur Manouchian, un article sur Nahapet Koutchak et un autre sur Violette Krikorian
Autres auteurs :
Sujets : Poèmes
ISBN : 9782296096035
Lecture On-line : non disponible

Commentaire :

Le huitième livre de Serge Venturini a été écrit entre "la poétique du devenir posthumain" (2000-2007) et son "journal du transvisible" (2007-2009). Ce troisième livre est comme un dégagement, contre les murs de l'obscurantisme et de la lâcheté. Contre le mensonge organisé. Ce livre est une marche, pour "une traversée des résistances poétiques, transhistoriques autant que transhumaines", selon Philippe Tancelin.

1327
Serge VENTURINI --- Cliquer pour agrandir

Rangement général
Cliquer pour agrandir

 Et gravir
Titre : Et gravir / auteur(s) : Serge VENTURINI - Traduction de Benjamin Tchavouchian, Elisabeth Mouradian ; Maître d'oeuvre de l'édition bilingue : Hovik Vardoumian
Éditeur : Éditions des fêtes
Année : 2008
Imprimeur/Fabricant : Erevan
Description : 112 pages, 20,5 x 13 cm
Collection :
Notes : Édition bilingue, français-arménien oriental
Autres auteurs : Élisabeth MOURADIAN-VENTURINI [traducteur] -
Sujets : Poèmes
ISBN : 9789994159420
Lecture On-line : non disponible

Commentaire :

"J’ai l’Ararat au cœur, - une montagne dans le cœur."
[Fulguriance 105]

Qui parle ainsi ? Est-ce un Arménien ? Un exilé loin de son pays natal ? Est-ce un Français d’origine arménienne ? Non, c’est un amoureux de l’Arménie, tout simplement. Cet homme-poète qui est-il ?

Serge Venturini est né en France en 1955 à Paris. Sa mère est toscane, originaire d’un village non loin de Florence en Italie et son père est un Corse, originaire de la patrie de Napoléon. Tous deux sont des exilés, arrivés à Paris dans les années cinquante. Leur fils unique fait ses études entre Montparnasse et la tour Eiffel, avant de voyager vers le Liban, le Maroc, puis vers l’Arménie, en tant que Lecteur à l’Institut Brioussov, professeur détaché par le Ministère des Affaires Étrangères.

Nous sommes pendant les événements d’Arménie en 1988. Un tremblement de terre a lieu ; 7,5 sur l’échelle de Richter. Il est le premier Français à voir sur place la tragédie à Léninakan et à Spitak. Pendant une semaine, il ne cessera de faire des allées et venues entre Erevan et Léninakan, encadrant les premiers secours italiens et français avec leurs secouristes et leurs chiens.

Il se rappellera toujours ces journées brumeuses de froid et de poussière, comme après un bombardement, ces longues journées sans fin qui furent comme des nuits, où les premières autorités à rejoindre, l’ancienne Alexandropol furent non pas des grues tant espérées, mais des tanks de l’armée soviétique… Quelques jours plus tard, cherchant une traductrice italienne, il fit alors la rencontre qui allait marquer sa vie entière, - celle qui allait devenir son épouse en 1990 : Elisabeth Mouradian.

Mais revenons à la poésie de Serge Venturini. Il commença à écrire à l’âge de quinze ans, en Corse. Son premier livre ne fut publié qu’en l’an 2000. Depuis cette date, ce passage d’un siècle l’autre, il publia six livres, dont une traduction des Odes arméniennes de Sayat-Nova avec son épouse. Ce livre qui eut tant de mal à trouver un éditeur en France jouit maintenant d’une certaine reconnaissance, grâce à son succès en 2007 pendant l’Année de l’Arménie en France. Il ne fallut pas moins de six années de travail pour achever cette première traduction des Odes en Europe. A part Sayat-Nova qui influença en profondeur le poète, d’autres poètes aimés l’attirent par leur écriture et leur destin. Il s’agit surtout de Eghiché Tcharents et de Nahapet Koutchak, de Parouir Sévak et de Missak Manouchian ; cela malgré les difficultés de traduction.

Sa poésie "fulgurante et cristalline" selon le poète Geneviève Clancy qui le révéla est une poésie du devenir, une flèche sifflante, celle d’un archer de la poésie, - toute en tensions et frémissements. Les quatre éléments : l’air, la terre, l’eau et surtout le feu donnent à cette poésie sa stature. Sa poésie s’inspire du rire de l’éclair. Pour lui, le poète est avant tout visions, il voit ce que d’autres ne voient pas ou refusent de voir : l’incroyable. N’est-ce pas là le caractère propre de la poésie d’être, entre les lignes du non-dit, dans le secret silence de l’implicite, dans le lieu que l’on quitte, dans l’hésitation entre le son et le sens, dans un au-delà même du sens ?

Un sens tragique frappe d’une lumière blanche cette poésie, d’où l’effroi de beauté qui traverse son lecteur attentif aux courants du visible et de l’invisible. En fin 2007, Serge Venturini a créé une notion qui est devenue petit à petit une théorie : le transvisible. « Théorie selon laquelle il existerait, entre le visible et l'invisible, un passage, le temps d'un éclair, l'instant d'une vision. » Toutefois n’anticipons pas, les textes que le lecteur arménien va découvrir sont un choix établi entre le poète et sa traductrice pour le lecteur de l’Arménie d’aujourd’hui. Ils portent sur les années 1980-2007, avant la période dite du transvisible. Les premières traductions du poète en langue arménienne furent celles de Benjamin Tchavouchian, aujourd’hui disparu, et les auteurs de cet ouvrage tiennent à rendre un hommage posthume à cet homme de cœur et à ses talents de traducteur.
Erevan, août 2008.


1175
Serge VENTURINI --- Cliquer pour agrandir

Rangement général
Cliquer pour agrandir

 Odes arméniennes
Titre : Odes arméniennes / auteur(s) : SAYAT-NOVA -
Éditeur : L'Harmattan
Année : 2006
Imprimeur/Fabricant : 14-Condé-sur-Noireau : Impr. Corlet
Description : 1 vol. (195 p.) ; 22 cm
Collection : Poètes des cinq continents ; 427
Notes : Préface, texte bilingue, Postface (pp 151-190), Notes pour chaque ode, Glossaire (pp 191-196), traduction et notes d'Elisabeth Mouradian et Serge Venturini
Autres auteurs : Élisabeth MOURADIAN-VENTURINI [traducteur] - Serge VENTURINI [traducteur] -
Sujets : Poèmes
ISBN : 9782296013988
Lecture On-line : non disponible

Commentaire :

Qui était Sayat-Nova ?
Un troubadour arménien de la Transcaucasie du XVIIIe siècle, un pont jeté entre trois cultures – arménienne, géorgienne et azérie.
Pour le lecteur français, le film de Sergueï Paradjanov : "Sayat-Nova, La couleur de la grenade" (1968) semble être l’unique arcane pour pénétrer le monde de ce poète, musicien et interprète.
Selon le poète Parouïr Sévak (1924-1971), il fut "l’autel de l’amour".
Son impossible amour pour Anna Batonachvili, soeur du roi Irakli II, - sa Nazanie, fit de lui le Madjnoun de Leïla de son temps. Cette traduction complète des 47 odes strophiques en langue arménienne, par d'Elisabeth Mouradian et Serge Venturini, la première en Europe, nous révèle la singularité universelle de ce poète irréductible, plus vivant que jamais, aimé de trois peuples depuis le XVIIIe siècle en Transcaucasie, et aimé aussi en Orient comme au Proche-orient. Puisse le lecteur non averti découvrir enfin cet immense poète.

Les traducteurs
Elisabeth Mouradian est née en Arménie, à Erevan. Etudes supérieures à l’Université d’Erevan et en Sorbonne. Elle est actuellement (2006) enseignante et traductrice.
Serge Venturini est né à Paris. Etudes supérieures à Paris VII. Après avoir séjourné au Liban, au Maroc, en Russie, en Arménie et en Pologne, il est aujourd’hui (2006) professeur de Lettres.


ligne
    Retour à l'Index des auteurs en français    Accueil des catalogues en ligne